Cinélégende

accueil > archives > > programme 2018-19> Humaine condition

 

désir d'humanité 

mardi 2 avril, 20h15 : Film
Les Ailes du désir (Allemagne de l'Ouest, France, 128 min.) de Wim Wenders, avec présentation et débat en présence de Louis Mathieu

Cinéma Les 400 coups, 12, rue Claveau, Angers

Tarifs habituels aux 400 Coups : 8 €, réduit 6,50 €, carnets 5,30 € ou 4,70 €, moins de 26 ans 5,90 €, moins de 14 ans 4 € - tarif groupe, les matins  également, sur réservation (02 41 88 70 95) : 3,80 €

jeudi 4 avril, 18h30 : Conférence
Désir, désirs… ou le mythe de la tentation, par Geoffrey Ratouis,docteur en histoire

De Faust à Midas en passant par Dorian Gray, il n'est point de grand drame sans grande tentation. Les mythes se nourrissent de cette incapacité des hommes, et même parfois des dieux, à résister à l'appel du désir. Parfois condamnable, toujours immorale, la tentation n'est-elle pas un passage obligé pour appréhender notre humanité ?
Institut Municipal, place Saint-Eloi, Angers
Gratuit

vendredi 5 avril, 19h30 à 22h : Atelier d'écriture, Ecrire l'immortalité, avec Véronique Vary de l'association Passez-moi l'expression  !
A partir d'un extrait des Ailes du désir de Wim Wenders et d'autres œuvres sur le thème de l'humaine condition, venez écrire et imaginer l'immortalité (prose, dialogue, poésie...).
La Marge, 7 rue de Frémur, Angers 
Ouvert à tous : novices ou plus expérimentés
12 euros l'atelier
Renseignements et réservations : 02 41 86 70 80 -
varyveronique@hotmail.com

Commentaires

Textes de Philippe Parrain

Tandis que Fedora et Lola cherchaient à sublimer leurs existences, l'Homme tranquille rêvait de retrouver ses racines sur sa terre.

L'errance du pur esprit Damiel, dans Les Ailes du désir, nous invite à une autre sorte d'errance : flottant au-dessus des choses et des êtres, il entreprend un voyage vertical, vers le bas. Lui aussi cherche à s'ancrer dans la réalité, dans la matière. Ce qui ne l'empêche pas, lui aussi, de se laisser séduire par un être sublime.

Les Ailes du désir

Né en 1945, Wim Wenders appartient, avec Rainer Fassbinder et Werner Herzog, à une génération de cinéastes "orphelins" au lendemain de la guerre, sans devanciers directs. Il leur revint de réinventer le cinéma allemand en se choisissant des maîtres à l'étranger, et en particulier aux Etats-Unis. "On était dans un pays où il y avait plein de comptes à rendre. Mais en même temps il y avait un regard en avant, il n'y avait pas seulement le passé, il y avait aussi un avenir."

USA, Japon, Australie…, Wenders a largement exploré le monde en compagnie de personnages en errance et en quête de voyages insolites. Les Ailes du désir le retrouve en Allemagne, au plus près de la population, et le choix de Berlin est loin c'être indifférent : pour lui, c'est le lieu qui détermine l'histoire et sur lequel se construit le film. Il nous propose, dans un cadre réaliste, un véritable conte non dénué, parfois, d'humour.

Le film développe un poème de Peter Handke, ami fidèle et collaborateur de Wenders depuis l'adaptation par celui-ci du roman L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty . On y retrouve certains thèmes familiers à l'auteur : le sentiment d'angoisse face à la société contemporaine, l'incommunicabilité et l'errance de l'être dans le monde comme dans le langage.

Les Ailes du désir a été, avec Paris, Texas en 1984, le plus grand succès commercial de Wenders. Il remporte à Cannes le prix du Meilleur réalisateur.

Programme 2018-19

les ailes du désir

Allemagne de l'Ouest, France- 1987 - 128 minutes -noir et blanc / couleurs

Réalisation : Wim Wenders
Scénario : Peter Handke, Wim Wenders
Image : Henri Alekan
Musique : Jürgen Knieper 
Interprètes : Bruno Ganz (Damiel), Solveig Dommartin (Marion), Peter Falk (lui-même), Otto Sander (Cassiel), Curt Bois (Homer)

SUJET
Berlin, deux ans avant la chute du Mur. Des anges observent et écoutent les humains. Nul ne les voit, ni ne perçoit leur présence, sauf les enfants. Ils veillent sur tous ces individus et recueillent leurs pensées les plus intimes. Mais, s'ils ressentent toutes leurs émotions, ils restent incapables de participer à leur vie, de partager leurs destinées.

Or Damiel s'éprend d'une belle trapéziste au point qu'il décide d'adopter l'humaine condition, de s'incarner sur cette terre et, par conséquent, de devenir mortel.